LA GENESE DU PROJET


Entre les Canaries et les Saintes - Novembre 2011

Entre les Canaries et les Saintes - Novembre 2011

Résidence de création du spectacle sur voilier - mars 2018

Résidence de création du spectacle sur voilier - mars 2018

 

De notre traversée aux spectacles

 

Le projet Entre deux Rives ne pouvait naître que là : en plein milieu de l'Atlantique,
où, pendant plusieurs semaines nous avons partagé un quotidien fait d'observation, d'horizon, de vagues, de ciels et de temps suspendus. Une expérience qui a bouleversé notre regard sur l'univers marin, le monde, et sur nous-mêmes.

 
 

 
 

« L'Océan, notre avenir »

ciel.JPG

Dans le même temps, alors qu'on s'émerveille du grandiose de l'immensité marine, de l'arrivée des dauphins et des nuances des vagues et des ciels, le 7ème continent fait de plastique continue de grandir dans les cinq coins du globe, porté par les gyres. Un an plus tard, c'est la Cop21, où pour la première fois on reconnaît le rôle des océans dans la régulation du climat. L'Objectif de Développement Durable n°14 prend alors corps : « conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable » devient un but atteignable. En juin 2017, une première encore : à l'ONU, on parle de la nécessaire protection des océans pour la survie de l'humanité : « l'Océan, notre avenir », affirme-t-on.

 

De la poésie politique

2018-03-14_residence_cie_infusion_fanny_flore_helene_0756.JPG

De notre côté, le souvenir physique de l'émerveillement se mêle alors à la colère et à la tristesse de savoir ce monde, que nous avons rencontré, en danger. C'est ainsi qu'au croisement de la contemplation, de la poésie, de l'écologie et de la Politique, nous décidons de partager cette expérience unique d'une traversée en mer. Avec comme outil nos arts : Fanny, danseuse contemporaine, et Flore, circassienne et auteure.

 

 

La création artistique au service du questionnement

Vous l'avez compris, le Spectacle sur bateau, la Conférence Dansée, les Lectures du Carnet de bord et le Parcours Sensoriel et Moteur, en plus d'être des créations artistiques originales, sont des outils pour nourrir le questionnement autour de l'expérience d'une traversée en mer, de l'univers marin, de son importance pour notre survie, de sa beauté, de sa fragilité.
 

 
 

Notre plan d'attaque artistique

LE CONSTAT
Les études des scientifiques montrent que les océans sont nécessaires à notre survie et à notre développement. Pourtant, nous les détruisons.

LA CONVICTION
Pour une conscience globale, un regard « augmenté » et une action d'ampleur, nous avons besoin de l'énergie de tous et de la collaboration des différents acteurs.

L'OBJECTIF
Participer à la croissance de la conscience collective qui, seule, permettra de protéger sur le long terme l'univers marin, dans le désir et la convivialité.

LES OUTILS
Nos arts (danse, théâtre, jonglage, poésie et journalisme) mis en lien avec les écologistes, les scientifiques, les éducateurs et les citoyens dont les préoccupations sont les nôtres.


Le “regard augmenté”

Entre deux Rives, c'est d'abord la rencontre entre deux visions qui s'opposent, se confrontent et frottent. Et créent ainsi des étincelles, qui éclairent autrement.

Fanny, danseuse

Au départ, Fanny est en quête des espaces d'à côté. A côté des cadres, des contraintes sociales, du monde comme il va. L'actualité l'oppresse et les nouvelles du Globe tuent sa créativité. L'actu, elle n'aime pas ; le journalisme, elle s'en fiche ; la politique, elle fuit.

Ce qui compte : l'art pour l'art, l'art inutile, dégagé de toute recherche d'efficacité. Cet art où l'objectif devient conséquence. Là, un champ des possibles s'ouvre, modelé par un vent de liberté inconditionnelle et inconditionnée. Pour elle, c'est cet art-là qui nous sauvera. A condition bien sûr qu'on ne le fasse pas pour sauver, mais pour lui-même.

Elle a l'intuition, profonde, que c'est parce que l'Art ne sert a rien qu'il est vivant. Tout comme l'humain dont la vie devrait se suffire à elle-même. Mais c'est aussi ce qui le rend fragile, car il meurt bien souvent au contact du monde extérieur qui cherche à le rendre logique, utile, et rentable.

Alors sans le dire, elle porte en elle un positionnement dans le monde et vis à vis de l'environnement affirmé et puissant. Une vision radicale et... politique.

Elle se retrouve comme scindée. Entre sa quête artistique, et une nouvelle intuition : que cette liberté inconditionnelle et inconditionnée, permise par l'art pour l'art, peut aussi cloisonner. Car pour être vivant, l'art ne doit pas seulement être dégagé des frontières mentales du monde, mais aussi être partagé.

La route de sa pratique de la danse est alors un jeu d'équilibre. Sur le fil du décloisonnement et de la liberté, elle s'implique, et choisit l'engagement artistique.

Flore, circassienne, auteure
et journaliste

Flore a toujours été partagée entre deux domaines : l'art et le journalisme. Deux domaines qui impliquent deux manières d'habiter le monde, qu'on oppose souvent.

Danse, saxo, jonglage et poésie accompagnent la journaliste qu'elle devient au fil du terrain qui lui apprend à voir le monde, le lire et le partager. L'état de la Planète toujours en poche, l'écologie est son terrain de jeu. Elle y navigue, avec ce cap à tenir : la recherche de ce que nous, humains, nous voulons être et devenir.

Un jour avec Fanny, elle traverse l'Atlantique à la voile. Et là, c'est le grand bouleversement. En tant que journaliste elle avait bien écrit et filmé des tartines qui parlaient de la protection de la mer et l'environnement, de ses enjeux.

C'est alors, entourée d'horizon, que lui vient cette intuition : il vaut mieux une bonne expérience en pleine nature que des tartines dans un journal. A moins que les tartines du journal et les images du film soient « expérientielles », donc poétiques. En d'autres termes, qu'elles laissent la place au corps et à la sensibilité, et ainsi, à la liberté de celui qui regarde et lit.


Notre alliance
- L’écologie : le but ou la conséquence ? -

L’écologie (ou le désir de prendre soin de ce qui nous entoure comme de nous-mêmes) est à la fois notre but conscient, et la conséquence de notre pratique artistique. Alors à chaque pas, nous passons d’un côté puis de l’autre, et nous tricotons une écologie artistique dont le matériau est cette tension entre le but et la conséquence.

C’est ainsi que :

Nous affirmons la nécessité de vivre et faire vivre des espaces et des temps où la créativité existe pour elle-même, et où l’art s’exprime et vit sans objectif. Cela, pour la survie de l’humanité.

Et ensemble (dans un ensemble qui grandit), nous proposons une expérience artistique particulière et vécue qui mène à prendre conscience, physiquement dans cet espace d'avant les mots et les concepts, de la nécessité de prendre soin des mers (ainsi que des autres et de l’environnement plus largement) comme de soi-même.

Dans l'envie et le plaisir de l'aventure artistique, nous désirons faire émerger une autre relation aux océans et à notre environnement naturel, et susciter un questionnement quant à la place de l'humain dans l'univers marin. En somme, nous voulons célébrer et rendre hommage à la beauté des Mers et de la Terre.

Et de l’Art !

 

Des humains “augmentés”
par leurs liens

Face à la voix (argentée et puissante) qui nous dit que le futur sera fait d'humains augmentés par la technologie, détachés d'une nature leur étant alors devenue complètement étrangère, libérés (enfin!) du lien, des contraintes naturelles qui finissent par tuer, nous voulons faire entendre et sentir une autre voix, celle de l'humain qui s'augmente lui-même en prenant conscience de ce lien là, en le nourrissant, en le développant. Un humain qui déploie toutes ses potentialités (la plasticité du cerveau humain est encore jonchée de mystères...). En somme, un humain plus vaste que lui-même, grandi par le lien, puissant, avec ce qui l'entoure.

Et peut être qu'un jour...

Artiste : Camille Renversade

Artiste : Camille Renversade

 

La raison d’être de ce site internet

MAIS AU FOND,
POURQUOI ?

L'humanité est en danger.
On va avoir chaud. Une idée, qui a maintenant bien pénétré les canaux « mainstream » de nos circonvolutions cérébrales...
Bon.

Alors ici, on creuse et on fait grandir notre intuition : pour que des décisions politiques et citoyennes engageantes soient prises, et qu'elles tiennent sur le long terme, il faut qu'il y ait du désir.

Du désir de protéger ce qui nous entoure comme nous-mêmes,
né de cette évidence : nous ne sommes pas étrangers à notre environnement, nous en faisons partie. 

AVEC CE SITE, NOUS POURSUIVONS 3 OBJECTIFS

—> Sans fard, présenter et raconter l'aventure artistique et politique en cours de création et de réalisation.

—> Partager notre découverte d’un rapport au monde direct et sensible, qui vient nourrir le terreau commun de notre pratique artistique actuelle : les corps en dialogue avec ce qui nous entoure (notre environnement, les objets, les autres)

—> Être un lieu d’échanges, d'informations et de réflexions sur l'univers marin et sur les rapports (contradictoires) que nous les humains entretenons avec notre environnement.